A propos du carême....

Éditorial par George Chapman, pasteur

C’est la saison du carême, encore une fois. Comme plusieurs autres observances chrétiennes, le carême a ses origines dans les traditions de jeûne, qui sont probablement antérieures au christianisme. Cette période de l'année coïncide avec les pratiques de restriction lorsque les réserves hivernales d'alimentation commençaient à diminuer alors que les nouvelles récoltes n'étaient pas encore dans les greniers. Selon l’ancienne tradition chrétienne, l’histoire de la tentation de Jésus dans le désert pendant quarante jours fournit la référence biblique pour cette pratique. Dans l’ Église ancienne, les nouveaux convertis au christianisme devaient pratiquer une période de jeûne avant leur baptême à Pâques, et les autres chrétiens adoptaient cette pratique par solidarité.

Ces disciplines variaient grandement en fonction de l'époque et des cultures. Certaines communautés chrétiennes limitaient leur régime au pain, tandis que d’autres n’autorisaient qu’un repas par jour, généralement en fin d’après-midi ou en soirée et les dimanches étaient « jours de jeûne ». Pendant le Moyen-âge, beaucoup de gens s’abstenaient de manger les produits d’origine animale, viande, volaille, œufs, lait et même le poisson (un grand nombre de traditions orthodoxes continuent cette pratique à ce jour).

Incidemment, on peut noter que le terme « carnaval » vient du latin « carne levare » qui se traduit à peu près par « enlever la viande ».

Pendant la Réforme Protestante, le jeûne de carême comme discipline est devenu démodé. Les dirigeants comme Martin Luther et Huldrych Zwingli soulignaient l’exigence de la pratique comme non-biblique, et donc optionnelle pour le croyant. Dans les siècles suivants, l’observance du carême a évolué. Beaucoup de personnes choisissent « d’abandonner » quelque chose pendant les quarante jours avant Pâques, avec le chocolat, la viande, l’alcool, les cigarettes... D’autres préfèrent utiliser le carême comme une opportunité pour le service.

Même si presque toutes ces observances exigent une discipline, il est important de se souvenir que le Carême n’est pas un moment de pénurie ou de privation (après plusieurs mois de restrictions liées à la pandémie, nous pouvons apprécier ce point…). Utilisons plutôt le Carême comme une période d’introspection afin de pouvoir remercier Dieu pour l’abondance de la grâce qui nous a été donnée par Jésus Christ. Alors, quoi que nous préférions faire pendant ces quarante jours, peut-être la meilleure façon d’honorer le don de la grâce de Dieu pendant ce temps serait d’imiter l'exemple de Christ pour montrer aux autres l'abondance de la grâce !

Dans les mots de l’apôtre Paul : « Il démontre ainsi sa justice, puisqu'il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, à l’époque de sa patience. Il la démontre dans le temps présent de manière à être juste tout en déclarant juste celui qui a la foi en Jésus. » (Romains 3, 25b-26)

Grâce & Paix !

croix huguenote
façade du temple
Fermer
journal ensemble

Ensemble

Ensemble est le journal de notre Église locale. Vous y trouverez des nouvelles, l'état de nos finances et les manifestations de ce trimestre.

journal temps et contre-temps

Temps et contre-temps

Temps et contre-temps est la feuilles des activités du consistoire de la Loire. Vous y trouverez les manifestations de ce mois.

Assemblée générale

Notre assemblé générale 2021 aura lieu le dimanche 21 mars au temple de Saint-Étienne.

 

Voici le compte-rendu de l'assemblée générale 2020.

PV de l'AG

Site de l'Église Protestante Unie de Saint-Étienne et Forez.

Se connecter